Lettres d’Ingrid Bergman et de Roberto Rossellini

1

min

Je suis prête à venir faire un film avec vous.

En avril 1948, Ingrid Bergman (29 août 1915 – 29 août 1982), après avoir vu Rome, ville ouverte, envoya une lettre au réalisateur, Roberto Rossellini, pour lui faire part de son admiration et de sa volonté de jouer pour lui. Grâce à son audace et à ce court billet, elle joua dans Stromboli, mais l’histoire eut plus de répercussions encore puisqu’ils tombèrent follement amoureux sur le tournage, se marièrent deux ans plus tard et eurent trois enfants ! De l’aplomb à l’amour fou, il n’y a qu’une lettre !

A-A+

1948

Cher Monsieur Rosselini,

J’ai vu vos films Rome, ville ouverte et Païsan, et les ai beaucoup appréciés. Si vous avez besoin d’une actrice suédoise qui sait très bien parler anglais, qui n’a pas oublié son allemand, qui n’est pas très compréhensible en français, et qui en italien ne sait dire que « ti amo », alors je suis prête à venir faire un film avec vous.

Ingrid Bergman

 

 

C’est avec beaucoup d’émotion que je viens de recevoir votre lettre : elle me parvient le jour même de mon anniversaire et en est le plus beau cadeau. Ce qui est sûr, c’est que je rêvais de faire un film avec vous et qu’à partir de maintenant je ferai tout mon possible pour que cela arrive. Je vous écrirai une longue lettre afin de vous soumettre mes idées. De concert avec mon admiration la plus fervente, je vous prie d’agréer l’expression de ma gratitude, ainsi que celle de mes sincères salutations,

Roberto Rosselini, Hôtel Excelsior, Rome

 

( http://www.lettersofnote.com/ ) - (Source image : Roberto Rossellini et Ingrid Bergman, 1951, Newspaper press photo, Rome, Italy, © Wikimedia Commons)
Pour recevoir plus de lettres, cliquez ici.

La recommandation de la rédaction :

Lettre de Jeanne Moreau à Orson Welles : « Chasseur chassé dans votre recherche sans fin, où êtes-vous ? »

Lettre de Georges Méliès à Carl Vincent : « J’ai conservé tout mon calme, toute mon énergie, et toute la dignité que j’ai toujours montrée. »

Lettre de Pier Paolo Pasolini à Allen Ginsberg : « Vous vous rebellez contre la folie avec la folie mais comment peut-on se révolter contre l’idiotie ? »

les articles similaires :