Lettre de Wim Wenders à Tadao Ando

2

min

Parfois je ne peux m’empêcher de penser que nos professions ont quelques chose en commun

Wim Wenders, réalisateur consacré aux films aussi mythiques que Paris-Texas (Palme d’or 1985) ou Les Ailes du Désir, est un personnage curieux et éclectique. Son amitié avec l’architecte japonais Tadao Ando et l’admiration qu’il lui porte, amènent Wenders à une analogie amusante et pleine de philosophie ce qui rapproche les disciplines de ces deux « intellectuels ». Le cinéaste ne serait-il pas, finalement, un architecte de l’imaginaire ?

A-A+

20 juillet 2002

Cher Tadao-San

Cela fait quelques années maintenant que j’ai eu l’intense plaisir de vous rendre visite dans vos bureaux à Osaka, et depuis que j’ai été honoré d’une « visite guidée » de vos constructions dans ce secteur, certaines d’entres-elles étaient à peine en passe d’être achevées.

J’ai depuis pu observer maints autres de vos travaux, en Europe et en Amérique. Notre rencontre fait que je ne peux m’empêcher d’apercevoir votre visage et votre présence physique ainsi que votre personnalité dans ces bâtiments. Je me tiens devant eux et je vous reconnais, dans la forme même d’un mur de béton, dans l’obscurité d’un hall d’entrée, dans la façon dont l’eau et le verre jouent ensemble, dans le surgissement de la lumière, des fentes et des embrasures. Je contemple cela et je me dis : « Oui, c’est Tadao ! » comme si je voyais le nouveau film d’un grand maitre que j’admire, ou que je lisais un livre d’un ami écrivain, ou que j’achetais un nouvel album des mes héros du Blues ou du Rock and Roll.

Bien que nous ne nous soyons rencontrés que très brièvement depuis, dans des endroits insolites, toujours surpris de nous voir, j’ai le sentiment que vous accompagnez mon existence, et que vous avez continuellement façonné ma perception de ce qui est « contemporain », bien au delà de l’architecture.

Chaque fois que je vois une nouvelle œuvre, vous redéfinissez pour moi « la modernité » et réaffirmez votre immense sens de l’espace, votre respect pour la nature, la modestie de vos moyens associée en même temps à une audacieuse et vaillante expression de grandeur.

Parfois je ne peux m’empêcher de penser que nos professions ont quelques chose en commun et j’aimerais connaître votre sentiment sur ceci : Lorsque vous vous rendez en un lieu que vous n’avez jamais vu auparavant, et que vous vous mettez à y élaborer puis construire quelque chose, loin de votre foyer ou de votre cabinet, entouré d’un nouvel environnement, une différente culture, confronté à d’autres manières de vivre et de penser, cela doit être comme lorsque l’on réalise un film à des endroits qu’on découvre à peine, comme je l’ai fait à La Havane, Lisbonne, en Australie ou à Tokyo.

Moi-même, je pense parfois : « Je n’ai aucun droit d’être ici et de filmer. Je suis un étranger ! » Mais ensuite je me dis également : « Voilà précisément pourquoi je dois continuer ! Être étranger est une espèce d’état de grâce. Cela permet de voir ce que les gens qui vivent sur place sont devenus incapables d’apercevoir, car ils y sont trop habitués… » Est-ce que vous reconnaissez ces impressions ? Vivez-vous des expériences semblables ?

J’espère que nos chemins se croiseront à nouveau très prochainement, afin que je puisse renouveler mon souvenir de ce sourire que j’ai vu sur votre figure, et de ces yeux clairs et perçants qui m’évoquent l’allure d’un aventurier, ou d’un sportif, plus que celle d’un « intellectuel », méprise collective sur l’architecte ou le cinéaste.

Mes vœux les plus sincères,

Et que Dieu vous bénisse

Wim Wenders

Pour recevoir plus de lettres, cliquez ici.

La recommandation de la rédaction :

Lettre de Pier Paolo Pasolini à Allen Ginsberg : « Vous vous rebellez contre la folie avec la folie mais comment peut-on se révolter contre l’idiotie ? »

Lettre de Martin Scorsese à sa fille Francesca : « Le futur est lumineux. »

Lettre de Jean-Luc Godard à André Malraux : « La censure, cette gestapo de l’esprit. »

les articles similaires :

5 commentaires

    • jeanpaulcreupelandt@gmail.com

      Lettre pour l’humanité .

      La lettre du petit homme .
      Le soleil est-il le fruit du hasard ou le fruit de votre DIEU ?
      Ne soyez ni trop prés , ni trop loin , il vous nourrit sans compter .
      Croyant ou non-croyant , il a le respect de croire en votre intelligence .

      Le soleil ne fait aucune différence entre vous .
      Que vous soyez riche ou pauvre , malade ou en bonne santé , ou différent .
      Que vous soyez de différentes cultures et de différentes couleurs .
      La couleur de l’ombre est la même pour tous . C’est sa signature .

      Ce soleil est-il le fruit du hasard ou de votre DIEU ?
      Il y a peut-être un secret , un code ou un chemin qui vous donnera la vérité .

      Ce soleil a son énergie , et sa lumière .
      Peut-être que si l’homme vidait son esprit de sa haine , sa violence ,
      sa prétention , son orgueil et son égoïsme , tout ce qui pourrait nuire
      aux autres et qui finirait par le nuire aussi , son esprit serait moins encombré .
      Plus vide , transparent comme l’air et l’eau . Cette énergie et cette lumière
      pourraient s’y inviter , derrière cet esprit , l’ombre n’existerait plus .
      Sans ombre , les chemins qui mèneront à la tolérance et qui vous donneront
      peut-être la vérité , ne seront que mieux éclairés .

      Pour une question de dignité personnelle .
      Je demande une carte d’identité universelle , avec la mention de ne laisser
      pour compte aucune entité , dans une liberté qui ne veut que le respect
      et la paix , mais pas la guerre !
      Dans une justice dont le mot juste soit incontournable .

      Je demande à tous les êtres humains du monde entier de bien vouloir m’accorder
      cette carte universelle , il vous suffira de me dire OUI ou NON .

      Vous trouverez cela très illuminé ou très utopiste , je ne suis qu’un petit homme
      qui croit en l’homme . Je ne demande pas un grand pas sur la lune ,
      je ne demande qu’un petit pas différent sur terre , auquel , peut-être
      l’univers ne sera jamais assez grand pour contenir la dignité et le respect
      des êtres qui franchiront ce pas ….
      Amicalement : Le 01-02-2015 : Jean-Paul . Creupelandt .

      Ps
      Pour celui qui me dit qu’on ne peut pas changer le monde .
      Cette demande est faite en particulier à chacun d’entre vous .
      Toute entité doit avoir le courage d’être responsable de ses propres décisions .
      On ne doit pas utiliser le monde pour excuse et lui attribuer les responsabilités
      d’un manque de courage personnel .
      MERCI.

Laisser un commentaire

Vous devez être pour laisser un commentaire.