Lettre de Voltaire à sa nièce

1

min

Il serait mieux de bander, mais que je bande ou non, je vous aimerai toujours.

François-Marie Arouet dit Voltaire (21 novembre 1694 – 30 mai 1778), génie des Lumières et brillant moraliste, est aujourd’hui reconnu comme une figure de proue de la pensée du XVIIIème siècle. Audacieux défenseur de la liberté d’expression et farouche opposant à toute forme de fanatisme, cet esprit libre à la vie bien remplie expérimenta tour à tour le libertinage, la prison et la censure. Il devient en 1745 l’amant de sa nièce, Marie-Louise Denis, et lui livre ici une lettre simple et intime, témoignage de cet amour incestueux qu’il dissimulait à l’époque de Madame du Châtelet, sa partenaire officielle.

A-A+

[Vers le 15 octobre 1746]

Ma chère enfant,

J’étais déjà informé de la belle victoire remportée par notre fier Saxon sur ce pauvre prince Charles, toujours guerroyant et toujours battu. Grâces soient rendues à notre Achille de Saxe. Je veux boire avec vous à sa santé. Mais je vous prie d’être sobre et de me rendre sobre. Je vous demande la permission d’apporter ma mollesse. Il serait mieux de bander, mais que je bande ou non, je vous aimerai toujours, vous serez la seule consolation de ma vie.

( Lettres d'amour de Voltaire à sa nièce, Librairie Plon ) - (Source image : Creative Commons)
Pour recevoir plus de lettres, cliquez ici.

La recommandation de la rédaction :

Lettre de James Joyce à Nora Barnacle : « Je lècherai de plus en plus vite comme un chien affamé jusqu’à ce que ton con soit une masse de bave. »

Lettre de Grisélidis Réal à Hassine Ahmed : « C’est bientôt l’heure du feu, de notre heure de braise, de notre nuit sanglante. »

Lettre scatologique de la Princesse Palatine à Sophie de Hanovre : « Il est très chagrinant que mes plaisirs soient traversés par des étrons. »

les articles similaires :

  1. kamuko74erit-danae@yahoo.fr

    C’est ingénieux, cacher Marie-Louise avec la Chatelet! De quelle mollesse parlait-il? Celle des délices de Capoue ? En 1746 il a 52 ans, était-ce un âge où déjà à l’époque, on mollissait? Elle par contre en a 24, âge qui généralement n’engendre pas la mollesse chez un libertin!…
    Pervers comme il l’était dans d’autres domaines, peut-être que contrairement à Brassens, il pensait que la bandaison « ça se commande » et que son « innocente » nièce y était experte? Madame du Chatelet était-elle au courant? Si ses lettres existent, on aimerait en lire certaines. Voltaire était expert en « fourberies », il savait que pour vivre heureux il fallait vivre caché. On ne peut que l’approuver.

Laisser un commentaire

Vous devez être pour laisser un commentaire.