Lettre de Rosa Luxemburg à Mathilde Wurm

1

min

« Les masses sont mauvaises » — ainsi juge toujours le petit homme politique.

Rosa Luxemburg (5 mars 1871 – 15 janvier 1919), militante allemande d’origine polonaise, est célèbre pour son engagement contre la Première Guerre mondiale. Elle a participé à la fondation du parti communiste allemand, quelques jours avant d’être assassinée. Dans la lettre suivante à son amie Mathilde Wurm, elle souligne quelques principes de l’art politique : visionnaire !

A-A+

16 février 1917

Rien ne change plus vite que l’esprit des hommes. L’esprit des masses, en particulier — il est comme la mer. Dans les masses dorment tous les possibles : le silence et l’ouragan, la faiblesse et l’héroïsme. Les masses sont toujours sur le point de devenir quelque chose de tout à fait autre.

Le mauvais capitaine conduit son navire en fonction de l’aspect momentané que revêt la surface de l’eau. Le bon capitaine comprend les signes du ciel et ceux des profondeurs, et il connaît les tempêtes à venir.

« Les masses sont mauvaises » — ainsi juge toujours le petit homme politique. Le grand homme politique ne suit pas l’humeur éphémère des masses. Il connaît l’histoire et lui laisse du temps. C’est à lui qu’appartient l’avenir.

( « Briefe an Freunde », Europäische Verlaganstalt GmbH, Köln. Cité d'aprs Häusserlann, Woods, Zenkner, Sprachkurs Deutsch 2, Diesterweg, 1979. / Traduction par DesLettres ) - (Source image : Rosa Luxemburg en 1909 ©)
Pour recevoir plus de lettres, cliquez ici.

La recommandation de la rédaction

Lettre de Rosa Luxemburg à Mathilde Wurm : « Plus jamais je ne ferai la moindre concession, ni en politique ni dans mes relations personnelles. »

Lettre de Jean Jaurès à Charles Salomon : « Tu vois que je suis d’un dogmatisme à outrance ! »

Lettre de Stefan Zweig, juste après la Grande Guerre, à Richard Dehmel : « Le monde ne comprendra pas que notre Europe ait pu se détruire pour des questions de frontières. »

les articles similaires :