Lettre de Mozart à son père

1

min

Je vous prie respectueusement de continuer à m’aimer.

Une lettre d’hommage aux pères par l’un des plus grands génies de l’humanité, Wolfgang Amadeus Mozart.

A-A+

Le 8 novembre 1777

Papa chéri !

Je ne peux écrire poétiquement, je ne suis pas poète. Je ne saurais manier les formules assez artistement pour qu’elles fassent jouer les ombres et les lumières, je ne suis pas peintre. Je ne peux non plus exprimer mes sentiments et mes pensées par des gestes et par la pantomime, je ne suis pas danseur. Mais je le peux grâce aux sons, je suis Musikus. Je jouerai demain au piano, chez Cannabich, tout un compliment de fête et d’anniversaire en votre honneur. Pour aujourd’hui, je ne peux que vous souhaiter de tout cœur, mon très cher Père, tout ce que je vous souhaite tous les jours, matin et soir — santé, longue vie et bonne humeur. […] Portez-vous bien ; je vous prie respectueusement de continuer à m’aimer un peu et vous satisfaire de ce misérable compliment en attendant que s’ouvrent dans la petite armoire de mon entendement de nouveaux tiroirs, où je mettrai la sagesse que j’ai encore l’intention d’acquérir. Je baise 1000 fois les mains de papa et demeure jusqu’à la mort.

Mon très cher Père,
Votre fils obéissant,

Wolfgang Amadeus Mozart.

Pour recevoir plus de lettres, cliquez ici.

les articles similaires :