Lettre de Maupassant à Gisèle d’Estoc

2

min

Cette dentelle que vous gardiez par précaution aurait fait un excellent bâillon pour vous empêcher de crier.

Après quelques lettres ayant aiguisé leur désir de se voir, Guy de Maupassant et Gisèle d’Estoc se rencontrent enfin, au tout début de l’année 1881. Gisèle serait venue au rendez-vous presque entièrement voilée, par souci de discrétion — en cette fin de siècle, l’ordre moral règne, et il ne fait pas bon qu’une dame soit aperçue en train de se rendre, seule, au logis d’un écrivain. Mais comme l’indique la lettre suivante, l’entrevue entre l’auteur de Bel-Ami et la Nancéenne serait restée très mondaine.

A-A+

Janvier 1881

Madame,

Savez-vous que j’ai été bien sage. Car enfin aucun valet ne pouvait venir, et cette dentelle même que vous gardiez par précaution aurait fait un excellent bâillon pour vous empêcher de crier. Non, vous n’auriez guère pu crier avec cela sur la bouche et ça aurait été une juste punition de cette mesure de pudeur exagérée. Seulement je viens aujourd’hui vous demander un certificat. Avec les mauvais bruits qu’on fait courir sur mon compte, je ne serais pas fâché de porter dans le monde, en ma poche, un bon papier contresigné par les deux concierges, homme et femme, comme quoi j’ai passé trois heures en tête-à-tête avec une femme charmante, et comme quoi l’ordre le plus régulier, le plus honnête n’a cessé de régner dans l’appartement et dans tous les objets qu’il contenait. On pourrait également citer cet exemple comme force de ma volonté.

Et maintenant, Madame, quand on parlera de moi devant vous et qu’on dira : « Lui ! Oh ! Un ouragan ! », vous aurez un léger sourire et vous répondrez : « Mais non, mais non, on m’a parlé de lui, au contraire, une tourterelle, un mouton, un lapin blanc. »

Et je passerai maintenant pour un lapin blanc !!! Oh !

Maintenant, Madame, que vous avez constaté que cet ours est en carton et que vous ne redoutez point sa caverne, quand vous reverrai-je ? On ne se connaît point du tout quand on a causé trois heures, à travers des voiles encore. Nous nous sommes rencontrés, voilà tout. Nous connaissons le son de nos voix, j’ai vu en outre deux beaux yeux, des gants, rien de plus. J’ai de très vagues données sur vos goûts, votre caractère, vos curiosités. Je demande à en savoir davantage.

Donc, je vous attends, mais quand ? Dites le jour. J’excepterai vendredi, devant sortir ce soir-là. Si cependant vous ne pouviez venir que vendredi, je ne sortirai pas. Tâchez que ce soit plus tôt. Je puis rester chez moi lundi, mardi, mercredi, jeudi.

Choisissez, j’attends un mot.

Permettez-moi de baiser vos deux mains, mais dégantées.

Guy de Maupassant

Une prière — venez avec la même robe. Pourquoi ? Ah cela ne vous regarde point.

Découvrez les conseils de Guy de Maupassant pour écrire une lettre érotique flamboyante ici :

00DesLettres-lestutos

Rose1

( Guy de Maupassant, À la feuille de rose, maison turque ; suivi de la correspondance de l'auteur avec Gisèle d'Estoc et Marie Bashkirtseff, Encore, coll. « L'autre visage », 1984 ) - (Source image : Guy de Maupassant par Félix Nadar (détail), 1888 © domaine public)
Pour recevoir plus de lettres, cliquez ici.

les articles similaires :