Lettre de Juliette Drouet à Victor Hugo

1

min

Il est difficile de se garantir des miasmes moraux qu’exhale la proscription.

Victor Hugo a été un proscrit, un exilé, pendant 19 ans. Et pendant tout ce temps, Juliette Drouet resta sa compagne d’infortune, toujours discrète, toujours prévenante, mais souvent déprimée, sorte de seconde épouse toujours aux petits soins pour un amant auquel la comédienne avait tout sacrifié. À Jersey, elle n’est pas au bout de ses peines. Il lui reste seize ans à vivre comme lui loin de son pays, loin de ses racines. Elle va bientôt le suivre à Guernesey. Ils devront continuer à subir l’un de leurs liens avec la belle France : les échos de cette partie de la presse qui intéresse les « gobe-mouches » alimentés en informations de caniveau par des gobe-charognes et par des « gobe-merde ».

A-A+

Jersey, 15 mars 1854

mercredi après midi, 3 h. ½

Pour quelques minutes de bonheur disséminées dans ma vie, que de longs jours d’ennui et de tristesse, mon pauvre doux adoré. Je ne t’en fais pas un reproche, loin de là, seulement je me plains de la destinée depuis que j’existe. Mon pauvre adoré, il est difficile de se garantir des miasmes moraux qu’exhale la proscription. On a beau se boucher le nez et les oreilles, il est impossible de traverser ces courants de pensées morbides sans que la santé du cœur et de l’âme n’en soit compromise de la manière la plus douloureuse. J’en fais depuis hier au soir la triste expérience. Tu parlais hier des gobe-mouches et des gobe-baleine mais tout cela n’est rien auprès des gobe-charogne et des gobe-m… Ceux-là sont grotesques, ceux-ci sont infects. Ceux-là ne sont que niais, ceux-ci sont abjects. Ceux-là font rire, ceux-ci font vomir. Mon mal du cœur s’est changé en mal au cœur depuis hier ; et pourtant Dieu sait que ce n’est pas par goût. J’ai grand besoin que tu viennes m’apporter un peu d’air pur et d’idées saines, mon cher adoré. Maintenant je regrette d’être entrée dans ces demi confidences qu’il faudra nécessairement que j’achève au risque de t’ennuyer et de te dégoûter beaucoup.

image001

l’écriture de Juliette Drouet

hugo lettres à Juliette

Ouvrage publié avec le soutien de la Fondation La Poste

( Lettres de Juliette Drouet à Victor Hugo - Lettres de Victor Hugo à Juliette Drouet, Paris, Fayard, 2002. )
Pour recevoir plus de lettres, cliquez ici.

Lettre de Juliette Drouet à Victor Hugo : « Le lien qui existe entre nous est celui qui me tient à la vie. »

Lettre de Victor Hugo à Juliette Drouet : « Il y a un Éden derrière nous, et un paradis devant nous. »

Lettre de Juliette Drouet à Victor Hugo : « Ma vertu c’est de t’aimer, mon corps, mon sang, mon cœur, ma vie, mon âme sont employés à t’aimer. »

les articles similaires :