Lettre de Diane Arbus à son frère, Howard Nemerov

1

min

Les excentriques auxquels je pense depuis longtemps.

Diane Arbus (1923-1971) est une photographe américaine mondialement connue pour ses portraits de rue et ses clichés de freaks. Mieux que personne, elle a su dresser un portrait troublant de l’Amérique des années 60, concentrant son activité à New York pour photographier les personnages les plus atypiques de son époque. Dans cette lettre adressée à son frère, le poète Howard Nemerov, elle exprime sa volonté de traiter ce nouveau sujet qui fera sa renommée : les excentriques marginaux.

A-A+

1960

[…] Je travaille sur quelque chose en ce moment, les excentriques auxquels je pense depuis longtemps, ou plutôt les gens qui croient visiblement en quelque chose dont tout le monde doute, et je me suis souvenu de A Commodity of Dreams [nb. le titre d’un recueil de nouvelles de Nemerov écrit la même année]. Je me demandais s’il y avait des gens comme ça dans ton voisinage, ce serait une opportunité pour te rendre visite… Des imposteurs, des gens avec des barbes incroyablement longues, qui croient que la fin du monde est imminente ou qu’ils sont le fruit de réincarnations, des gens qui gardent des lions dans leur salon ou qui embaument des corps ou des squelettes, des gens qui ont développé des talents particuliers, comme cette femme en Floride qui mange et dort sous l’eau, des gens qui portent des costumes ou d’autres trucs étonnants, ou qui collectionnent des choses jusqu’à l’avarice ? Ne t’ennuie pas trop avec ça, ou même avec le fait de répondre, sauf si en levant la tête de ta page, tu croises le Messie en train d’errer hors des bois…

( http://bit.ly/1TVIeY5 ) - (Source image : Diane Arbus, Self-portrait, 1945)
Pour recevoir plus de lettres, cliquez ici.

La recommandation de la rédaction :

Lettre de Patti Smith à Mapplethorpe : « Nous avons partagé ensemble le mystère sacré de la vie d’artiste. »

Lettre de Frida Kahlo à Nickolas Muray : « Ce tas de fils de pute que sont les surréalistes. »

Lettre de Camille Claudel à Florence Jeans : « Mes principales caractéristiques : le caprice et l’inconstance. »

les articles similaires :